Le diacre Alain a adressé aux cinq militants mulhousiens qui comparaîtront en correctionnelle le 13 septembre, un message de soutien accompagnant une pétition signée de 52 chrétiens de Haute Garonne.

"Pour soutenir les cinq inculpés qui comparaitront le 13 septembre prochain, je vous envoie cette pétition signée par à ce jour 52 personnes.

Vous pouvez l'utiliser à votre guise pour soutenir les cinq courageux distributeurs de tracts.

A votre disposition pour tout renseignement.

J'ai déjà personnellement signé par internet votre lettre pétition "Moi aussi je boycotte !"

Bon courage,

Alain Duphil" (31550 Cintegabelle)

Suit la pétition "Moment de vérité à Jérusalem" signée par 52 personnes :

La paix entre Israéliens et Palestiniens est un problème ancien, hélas. Il fait en ce moment l’objet d’analyses indépendantes les unes des autres et cependant concordantes sur un point : les intéressés n’y arriveront pas seuls, une intervention extérieure est nécessaire. Pour cette raison, on voit les plus hautes autorités de toutes les Eglises chrétiennes de Jérusalem publier ensemble, en décembre 2009, un document intitulé Kairos. Ce Kairos (« moment de vérité » en grec) appelle à un boycott économique d’Israël, moyen non violent de pousser les responsables israéliens à la négociation. Expression de l’appréciation que les chrétiens qui vivent sur place font de la situation qu’ils subissent comme tous les autres habitants de Terre Sainte, ce document mérite l’attention, non seulement des chrétiens du monde entier, mais aussi de tout citoyen attaché à la paix.

Il y est d’abord question de "réalité, de parole de foi, d’espérance, d’amour". C’est ensuite un appel ; un appel lancé aux chrétiens, aux Eglises du monde, à la communauté internationale, aux chefs religieux juifs et musulmans, au peuple palestinien et aux israéliens.

Au paragraphe 7 le texte dit : Nous vous invitons aussi à écouter l’appel des organisations civiles et religieuses mentionnées plus haut pour commencer à appliquer à l’égard d’Israël le système des sanctions économiques et du boycott. Nous le répétons encore une fois, il ne s’agit pas de se venger, mais de parvenir à une action sérieuse pour une paix juste et définitive, qui mette fin à l’occupation israélienne des Territoires palestiniens et d’autres territoires arabes occupés, et qui garantisse la sécurité et la paix à tous.

Ces sanctions, et ce boycott s’inscrivent dans une lutte pacifique et non violente, comme expliqué dans le paragraphe 4 : L’appel lancé par des organisations civiles palestiniennes, des organisations internationales, des ONG et certaines institutions religieuses aux individus, entreprises et Etats en faveur d’un boycott économique et commercial de tout produit de l’occupation, s’insère dans la logique de la résistance pacifique. Ces campagnes de soutien et de solidarité doivent se faire avec courage, tout en proclamant sincèrement et clairement que leur but n’est pas de se venger de qui que ce soit, mais de mettre fin au mal qui existe, pour en libérer l’oppresseur et l’opprimé. L’objectif est d’affranchir les deux peuples des positions extrémistes des différents gouvernements israéliens, afin de parvenir enfin à la justice et à la réconciliation. Avec cet esprit et cette action, nous finirons par arriver à la solution tant attendue, comme cela s’est réalisé en Afrique du Sud et pour d’autres mouvements de libération dans le monde.

En tant que citoyens attachés à la paix partout dans le monde, et en tant que chrétiens, les signataires ci-dessous invitent à entendre cet appel (texte intégral du Kairos sur www.maaloula.fr), et à rejoindre le mouvement de boycott. En Europe, l’appel au boycott économique des produits israéliens est actuellement porté par des organisations d’inspirations diverses regroupées pour une campagne internationale sous le nom de « Boycott Désinvestissement Sanctions », soit BDS..."

Alain Duphil est diacre au diocèse de Toulouse, président de l'association "Une fleur en Palestine" qui parraine 118 enfants chrétiens et musulmans dans 12 écoles catholiques de Gaza et de Cisjordanie, auteur de "Au pays de Jésus" et élu à la chambre d'agriculture 31.

Il avait réagi à la position de la ministre de la Justice sur le boycott