Le collectif boycott 68 a mené deux opérations de boycott ce samedi 11 septembre.

IMG_5149

La première le matin à 11 h chez Grand Frais à Kingersheim. Il s'agissait de rappeler à la direction que les produits frais doivent impérativement porter mention de l'origine. Or, pour les dattes par exemple, l'origine était indiquée lorsque les dattes provenaient de Tunisie ou d'Algérie mais pas pour les dattes Medjoul d'origine ... territoire palestinien occupé? dont l'étiquette et l'affichette de prix mentionnent "Import". Interrogés quelques jours plus tôt sur cette tromperie du consommateur les vendeurs ne voulaient modifier l'étiquette, car elles sont faites par un service spécialisé. Pour les boycotteur il y a présomption de tromperie intentionnelle. Une plainte sera déposée auprès de l'Union départementale de la concurrence de la consommation (UDCCRF) et de la répression des fraudes. Une autre auprès des douanes car ces dattes proviennent probablement de la vallée du Jourdain, territoire palestinien occupé exploité en toute illégalité par Israël.

IMG_5156

IMG_5194_O

La deuxième opération "boycott Israël" a eu lieu à Séphora rue du Sauvage. Il s'agissait là aussi de rappeler à la direction que la marque Ahava porte mention "Dead sea Israël" alors que l'usine Ahava est installée dans une colonie, illégale, en Cisjordanie occupée, la colonie de Mitzpe Shalem et de Kaliya et utilise les matérieux de la Mer morte. Les boycotteurs ont rappelé aux vendeurs, en l'absence de la direction, que l'exploitation des territoires occupés est illégale. Une plainte sera déposée auprès de l'UDCCRF et auprès des douanes.

Le collectif Boycott 68 rappelle que le boycott d'Israël vise une politique criminelle (selon les conventions internationales la colonisation est un crime de guerre) et qu'il est limité dans le temps,  la fin de la Campagne BDS étant conditionnée par la cessation de cette politique.

IMG_5184_O

Tout le monde s'arrache T-shirt "Palestine Vivra - Boycott Israël" . Une commande a même été passée par un Suisse. Quand les acheteurs apprennent que ce T-shirt est cité dans l'acte de comparution il n'en a que plus de succès.