Communiqué du 6 septembre 2010

Les DNA de ce vendredi 3 septembre annoncent que va être affiché sur le siège du conseil régional d'Alsace une banderole de soutien aux deux journalistes de France 3 détenus en otage en Afghanistan et à Gilad Shalit, soldat israélien détenu à Gaza.

Il est choquant d'associer deux journalistes pris en otage en Afghanistan avec un caporal de l'armée israélienne fait prisonnier le 25 juin 2006 alors qu'il était aux commandes d'un char se préparant à massacrer de nombreux civils palestiniens lors de l'opération appelée « pluie d'été ». Et on a vu depuis, notamment durant un mois lors de l'opération "Plomb durci" de l'hiver 2008-2009, de quels crimes de guerre étaient capables ces soldats de Tsahal.

Choquant aussi qu'un jeune franco-palestinien, Salah Hamouri, soit détenu depuis 2005 dans les géôles israéliennes sans motif sérieux et sans que les pouvoirs publics français interviennent réellement pour obtenir sa libération, contrairement à ce qui a été fait pour d'autres prisonniers.

Le président du conseil régional ne peut pas mélanger le cas de Gilad Shalit avec celui des deux journalistes. Le gouvernement et le président de la république doivent mettent tout en oeuvre pour obtenir la libération des journalistes de France 3 mais aussi celle des 11000 prisonniers politiques, dont Salah Hamouri, des élus palestiniens et même des enfants, qui sont injustement détenus en Israël.

Collectif Palestine 68, Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Paix, Union Juive Française pour la Paix, Coordination de l'appel de Strasbourg pour une paix juste au Proche-Orient, Association des Travailleurs Maghrébins de France  (regroupant près de 20 associations et partis politiques)